Découvrez la chirurgie du visage et de la silhouette avec le Dr Marc-Henri Bon. Tout savoir sur la définition de la beauté

Définition de la beauté

La beauté architecturale et ses lois universelles

Le canon : « le mot canon concernant la beauté signifie la règle la loi à laquelle doit se soumettre l’artiste qui veut exprimer la beauté ».
Il est bien connu que certain visage, certaine forme, certaine silhouette plaisent à la majorité. Il faut alors s’en inspirer lors qu’on veut créer la beauté architecturale. Le chirurgien esthétique n’est qu’un sculpteur et ne peut agir que sur la beauté extérieure. C’est la beauté intérieure propre à chacun qui fera la différence. En un mot : « la beauté plait aux yeux, le charme plait au cœur ».

 Léonard de Vinci

LEONARD DE VINCI 

1. L’objectivité et donc le premier critère de la beauté architecturale.
Platon en donne la définition : « ce qui plait à la majorité et qui défie le temps et à la mode se rapproche du beau absolu ».

2. La symétrie
La symétrie sur le plan horizontal nous séduit car notre corps est symétrique par rapport à un plan vertical médian. Cependant les très légères asymétries donnant de la personnalité, du charme et provoque une attirance bien plus importante, qu’un visage par exemple, construit strictement symétrique à l’aide d’une image composite.

3. La précision
La précision des traits et la netteté des surfaces est l’apanage de la jeunesse. Les cicatrices doivent être limitées et savamment cachées.
Le revêtement cutané est le terrain de la médecine esthétique et d’une bonne hygiène alimentaire et comportementale (éviter l’alcool, le tabac, le soleil).

4. La coordination ou la justesse des proportions.
« la mesure préalable à la constitution d’une œuvre conditionne l’harmonie » Polyclète (5e siècle avant J.C).
« la connaissance du beau n’est jamais scientifique que le jour où l’on peut lui donner une expression mathématique ». LEONARD DE VINCI.
C’est Pythagore qui découvre le nombre d’or.

5. L’unité des diversités et l’intégration des différences (Pythagore).
« il est impossible de bien combiner deux choses sans une troisième, il faut entre elles un lien qui les assemble » Platon.
Le corps et le visage peuvent donc être divisés en unités anatomo-esthétiques où chaque partie d’un ensemble ne peut être pris en considération sans prendre en considération les autres parties.

6. La convergence des effets.
« la beauté d’une œuvre vaut plus ou moins par la manière dont les différentes parties d’un ensemble s’ordonnent de façon à assurer la convergence des effets » TAINE (1828-1893).
Un nez peut paraître grand alors que c’est le menton qui est en retrait, etc…

Nota bene Toutefois, tout schéma directeur ne peut être considéré comme un absolu, il ne donne qu’une directive adaptable légèrement en plus ou en moins selon le désir et le psychisme du sujet opéré.
La chirurgie esthétique n’est pas en mesure de faire toujours des miracles, car même si tel ou tel chirurgien est considéré comme un grand couturier il faut toujours avoir à l’esprit qu’il ne fournit pas le tissu.